La créatrice


L'étonnante diversité du parcours de Laure révèle une personnalité et un chemin de vie atypiques : comédienne, plasturgiste, décoratrice de mobilier, responsable de boutiques de luxe, illustratrice de conte…

Sa formation universitaire en arts plastiques, sa culture transversale ; sa sensibilité esthétique, son goût pour la poésie, son talent pour le dessin ; son amour du bel objet, son habileté, sa féminité, sa familiarité avec la haute couture la conduisent à se résumer dans la création de bijoux...

Á l'automne 2009, elle lance sa marque de fantaisie haut de gamme : Laure Mory Bijoux, donnant naissance à un univers joaillier couture, vintage et minimaliste : aussi casual que chic. Le design délicat de ses bijoux témoigne d'une inspiration, d'une aisance stylistique et d'un sens de l'élégance tout naturels. « Lorsque je travaille, confie-t-elle, j'écoute Bashung, Gainsbourg, Radiohead, Joy Division… » : un imaginaire sous influence artistique, littéraire et… musicale.

The Designer

The surprising diversity of Laure Mory’s professional path reveals an unusual
personality and way of living: actress, plastics expert, furniture designer, luxury store
manager, book illustrator (fairy tells)…
Her education background as an Art student, her multi-cultural references, her aesthetic
sensibility, her taste for poetry, her talent for drawing; her love for beautiful objects, her
femininity and her knowledge of haute - couture have led her to define herself into jewelry
In the autumn of 2011, she launches her high-end fantasy jewelry brand “Laure Mory
jewelry”, creating then a couture, vintage and minimalist jewelry universe: casual as well as
chic. The delicate design of her collection is the sign of an inspiration, of a stylistic facility
and of a natural sense of elegance.
« When I am working, I am listing to Bashung, Gainsbourg, Joy Division… »an imaginary
world under artistic, literary and …. musical influence.




ENTRETIEN AVEC LAURE MORY


Selon toi, qu'est-ce qui distingue Laure Mory Bijoux ?

Ce n'est pas un concept… c'est une personnalité. Avec la collection Vintage, notamment, je réinterprète de petits objets qui ne sont pas lisses : qui ont du vécu, de la vérité. Leur irrégularité m'attire. Et d'une manière générale, le détail unique m'est précieux. Il contient en lui des possibilités de prolongement, de déclinaison, de variation : tout un imaginaire créatif. Tandis que la répétition m'ennuie. D'ailleurs j'aime qu'on ne puisse pas faire le tour de l'objet en un coup d'œil.
Je propose aussi un service sur-mesure de transformation de bijoux. Il s'agit d'une renaissance personnalisée, pour toutes sortes de parures anciennes, grigris ou petits bibelots : insolites, symboliques, affectifs…


Pourquoi cette activité ?

Parce qu'il existe une essence féminine immuable, qui traverse les époques et chaque femme différente, les variations de la mode, des saisons, de l'imaginaire. Il y a là une ambiguïté, et un mystère de longévité qui me fascinent ! Cela me donne le vertige, et ce vertige, j'essaie de l'insuffler à mes bijoux. Cela explique aussi que j'aime détourner des accessoires qui ont une histoire : afin qu'ils expriment, chaque fois métamorphosés, une essence de femme nouvelle et singulière.

Qui sont tes égéries ?
Je m'intéresse aux femmes particulières, de charme et de caractère. J'admire beaucoup des types de beauté comme celles de Françoise Hardy, Juliette Gréco, Marie Laforêt, Charlotte Gainsbourg, Anna Mouglalis… Et puis je suis ravie que la jeune comédienne Déborah Grall ait choisi de porter mes bijoux * : son tempérament et sa beauté rétro lui permettent d'incarner une femme intemporelle. Elle a interprété la première épouse de Serge Gainsbourg dans son récent biopic «Gainsbourg, Vie héroïque »**. Et on la retrouve dans la sulfureuse série historique « Maison close ».*** Mais je suis tout aussi inspirée par les hommes ! (sourire) Lorsque je fabrique, j'écoute Bashung, Thomas Fersen, Gainsbourg justement, Radiohead, Joy division …

* Cf. rubrique Presse : Deborah Grall confie son coup de cœur pour Laure Mory Bijoux au magazine Be. On a également pu la voir porter le sautoir « vert d'O » lors de l'émission « C'est au programme » du 28 octobre 2010, présentée par Sophie Davant sur France 2.
** Déborah Grall était au casting de « Gainsbourg, Vie héroïque » aux côtés de Laetitia Casta, Anna Mouglalis, Sara Forestier…
*** Série diffusée sur Canal +

Il y a de la poésie dans les noms de tes bijoux. Qu'est-ce que cela signifie pour toi ?

Baptiser mes bijoux est un jeu : Je mets tout le monde à contribution à l'atelier que je partage avec des architectes. Chacun y va de sa réflexion! Plus sérieusement j'imagine des noms souvent un peu décalés. Cela représente, je crois, un espace d'humour, ou de rêve, qui me permet d'échapper à ce que le travail artisanal a de terre à terre. J'aime les mots, et j'aime écrire, alors je donne à mes créatures une sorte d'écrin littéraire.



Maya Morando